Pour la première fois, une étude indépendante de Wüest Partner démontre la plus-value financière d’un bien immobilier grâce à un meilleur apport en lumière du jour 

En architecture, le sujet de la lumière du jour n’a pas attendu l’introduction de la norme SN EN 17037 pour faire l'objet d'une attention accrue. Il est de notoriété publique que la quantité de lumière naturelle a un effet direct et bénéfique sur la valeur d'un bien immobilier, tant sur le plan esthétique que sur le bien-être des résidents. Jusqu’à présent, les estimations de l’exacte plus-value économique qu’en tirait un bâtiment restaient toutefois vagues. Désormais, une nouvelle étude de la société de conseil indépendante Wüest Partner permet un chiffrage concret de la plus-value monétaire dont bénéficie un bien immobilier grâce à l’apport en lumière du jour.

Réalisée à la demande de VELUX Suisse SA, l’étude «Plus-value de la lumière du jour» répond à une double interrogation quant à l'accroissement du nombre de fenêtres de toit posées:

Comparaison des variantes «standard» et «lumière+»

Quelle valeur prennent des combles non utilisés à la suite d’une transformation en un appartement mansardé («aménagement standard»)? Et qu’en est-il de cette plus-value si, par rapport à l’aménagement standard, on pose deux fois plus de fenêtres de toit et que les combles laissent pénétrer encore davantage de lumière du jour («aménagement lumière+»)?

L’étude a analysé trois exemples de bien immobilier, chacun en variante «standard» et «lumière+»:

1. Des combles de 100 m² sont transformés en un logement de location (LL) de 85 m², avec respectivement 4 et 8 fenêtres de toit pour les variantes «standard» et «lumière+»

2. Des combles de 130 m² sont transformés en un logement de propriété (LP) de 100 m², avec respectivement 5 et 10 fenêtres de toit pour les variantes «standard» et «lumière+»

3. Les combles de 130 m² d’une maison individuelle (MI) sont transformés en un espace habitable de 100 m², avec respectivement 5 et 10 fenêtres de toit pour les variantes «standard» et «lumière+»

Le résultat est clair: pour chacun des trois exemples, la plus-value financière des combles – déduction faite de tous les coûts supplémentaires dus au doublement du nombre de fenêtres de toit – est d’au moins dix pour cent en variante «lumière+».

Différents bâtiments ont été étudiés à titre d’exemple dans les huit villes que sont Zurich, Saint-Gall, Lucerne, Bâle, Berne, Lugano, Genève et Neuchâtel. L'étude couvre ainsi une vaste étendue géographique, ce qui la rend pertinente à l'échelle nationale. Sur la base de ce modèle, on peut ainsi calculer la plus-value d'un tel bien immobilier partout en Suisse.

Pour connaître la plus-value de combles admettant plus de lumière du jour en fonction de la ville où ils se trouvent, rendez-vous ici.

 

Plus d'informations sur l'étude :
Florian Landolt
Public Affairs Manager
Bahnhofstrasse 40
4663 Aarburg
+41 79 469 27 05